Stronghold Crusader Extreme sur PC

Un article de WikiAstuces.fr.

Menu:

Stronghold Crusader Extreme (PC)
Stronghold Crusader Extreme (PC)

Stronghold Crusader Extreme est un STR sorti le 20 juin 2008. Il a été développé par Firefly Studios, et édité par Gamecock Media Group. C'est un add-on de Stronghold Crusader, STR sorti le 27 septembre 2002 ! Devant cet écart, Stronghold Crusader Extreme comprend donc aussi une version "améliorée" de Stronghold Crusader.

Sommaire

Introduction

Découvrez Stronghold Crusader Extreme, la dernière création de Firefly Studios, une version revisitée et améliorée du premier opus, qui a fait le bonheur de millions de joueurs dans le monde entier.


Stronghold Crusader Extreme reprend le gameplay qui a fait le succès de Crusader et plonge les joueurs au coeur de combats d'une intensité sans précédent dans un monde médiéval ravagé par la guerre. Avec des batailles opposant plusieurs milliers d'unités, de nouveaux avant-postes et des pouvoirs tactiques inédits, Stronghold Crusader Extreme prend brillamment la suite de Crusader. La toute nouvelle série d'escarmouches Extreme ravira les joueurs les plus aguerris tandis que les nocives pourront se familiariser avec l'univers grâce aux versions et extensions précédents fournies en bonus.

Présentation

Gameplay

Étant un add-on, Stronghold Crusader Extreme reprend donc les grandes lignes du gameplay de Stronghold Crusader : construire son propre château, et le défendre contre les assauts des IAs ennemies. Si Stronghold Crusader restait néanmoins relativement réaliste, Stronghold Crusader Extreme a bouleversé les grandes lignes de ce gameplay en incorporant deux nouvelles données au moteur graphique :

  • La possibilité pour le joueur d'utiliser des pouvoirs magiques ;
  • Les avant-postes.

Moins que les pouvoirs, ce sont avant tout les avant-postes qui ont totalement changé l'approche du jeu. L'avant-poste est une sorte de caserne améliorée, qui n'est pas constructible par le joueur, et qui permet d'obtenir indéfiniment un certain nombre de troupes et de types de troupes prédéterminées par le créateur de la map jouable. C'est grâce aux avants-postes que Stronghold Crusader Extreme est vraiment extreme, car ils permettent aux IAs et au joueur d'avoir des milliers de troupes, pour des sièges plus ou moins épiques. Les limites de ce gameplay sont en effet relativement fortes. D'une part, le moteur graphique de Stronghold Crusader (qui est resté inchangé) n'était clairement pas prévu pour tant de troupes. Ceci se traduit concrètement par des lags colossaux sur des machines qui peuvent faire normalement tourner sans problème des jeux comme Crysis, ou Assassin's Creed II. D'autre part, ce gameplay a été perçu par bon nombre de fans comme une simplification à l'extrême de toute la stratégie du jeu. La gestion de la fabrication d'une armée devient quasiment inutile ; la création d'armes de siège ne sert plus à rien, avec les Pouvoirs. La stratégie elle-même devient extrêmement brouillon. Les armées sont si énormes qu'elles remplissent littéralement tout l'écran, rendant les mouvements de groupe très difficiles. Stronghold Crusader n'a pas été conçu pour gérer des armées comprenant des milliers de soldats.

Postérité

  • Note MetaCritic : 45/100
  • Note Gamekult : 3/10

Que ce soit les fans ou les médias, personne n'a réellement compris la cause de cet add-on. Du point de vue des médias, et d'une grosse partie des fans, Stronghold Crusader Extreme est à Firelfy ce que l'iceberg a été au Titanic : un naufrage. Pour ma part, mais ce n'est que mon opinion personnelle, cet add-on a été fait, non pas pour satisfaire la critique, mais pour les fans. Stronghold et Stronghold Crusader ont en effet permis de créer une solide communauté de fans, qui a réussi à survivre à travers les années. Je ne suis pas au courant du budget de Firefly, mais je suppose que ce dernier ne devait pas, en 2008, être fameux. Stronghold 2 et Stronghold Legends furent deux échecs commerciaux, n'ayant pas réussi à séduire, ni la presse, ni les fans, et Firefly, alors en train de se lancer dans un genre inédit, à travers Dungeon Hero, avait probablement besoin de trouver une rentrée d'argent. Stronghold Crusader ayant encore quelques milliers de fans, créer un add-on pour ce jeu devrait permettre d'obtenir suffisamment de dollars pour permettre à la firme de survivre.

Les raisons de l'échec de Stronghold Crusader Extreme sont nombreuses. Pour les médias, elles tiennent avant tout à un moteur graphique périmé. Il fallait être sacrément culotté pour sortir, en 2008, un jeu ayant un moteur graphique de 2002, et qui était déjà, à l'époque, dépassé, et ce en le faisant sortir à un prix prohibitif (30 €). Elles tiennent encore, et c'est là sans doute la raison principale expliquant le manque d'engouement des fans, à l'impossibilité de jouer correctement, le jeu n'ayant pas été conçu pour piloter en même temps des milliers de troupes. Pour les fans, une troisième raison doit être ajoutée : la présence de pouvoirs. Bon nombre de joueurs apprécient la franchise "Stronghold" pour son réalisme, sa simulation médiévale qui se démarque d'autres opus en ne proposant aucune créature surnaturelle, ou pouvoir fantastique. Stronghold Crusader Extreme représentait ici un énorme écart de conduite.

Et, pour ma part, j'y verrai un quatrième motif, qui vient du côté "arnaque" de Stronghold Crusader Extreme. En effet, outre de proposer une expansion, le jeu propose également du contenu supplémentaire "inédit" pour Stronghold Crusader, à savoir huit nouveaux IAs : l'Émir, le Wazir, l'Abbé, Philippe-Auguste, l'Abbé, le Nizar, le Maréchal, et l'Empereur Frédéric. Le problème est que ces IAs sont loin d'être inédits. Ils étaient déjà inclus dans une version "Deluxe" de Stronghold Crusader, la fameuse édition Stronghold Warchest, qui n'était cependant sorti qu'aux États-Unis. Sachant que bon nombre de fans avaient déjà réussi, depuis 2002, à se procurer ces nouveaux IAs, les proposer en 2008 relevait un peu de l'arnaque.

Outils personnels
    Toutes les astuces, les trucs, les tips et les soluces sont sur wikiastuces.fr